HUIT. TOUTE UNE NUIT.

Huit personnages.
Huit trajectoires qui se croisent.
24 heures.
Une nuit de fête et d’abandon.
Le sample de leur existence, comme une boucle de musique électro.

Toute leur vie en une nuit.

.Scénario et Réalisation de GILLES BINDI 

Auteur et réalisateur, diplômé de Louis Lumière et de la Fémis, lauréat de la Collection Canal+ pour son court-métrage UN BEAU JOUR, UN COIFFEUR.

Il signe ensuite QUAND PASSENT LES GÉANTS avec Adrienne Pauly, LES CYBERNAUTES RÊVENT-ILS D'AMOURS DIGITALES ? une comédie romantique avec Max Boublil et Judith Magre, FIN DE SAISON drame estival avec Patrick Bouchitey qui confronte des ados à la question des migrants et enfin GGG, fable futuriste dans laquelle les individus sont notés en fonction de leur utilité.

Il exerce également le métier de chef-opérateur et réalise des documentaires (sur la Chine, l'Argentine, Philippe Sollers, les choeurs d'Europe...) avant de faire le choix de se consacrer à la fiction.

Il développe aujourd'hui plusieurs projets de longs-métrages (LE BAMBI DES VOSGES, LA GUERRE DES ONDES...)  et de séries (LA VILLE NOUS APPARTIENT, LES PISSENLITS...).

Gilles Bindi s’inscrit définitivement comme un des talents les plus prometteurs du cinéma français.

Extrait de la Note du Réalisateur :

64 plans séquences.

 

Ce qui est écrit constitue le cœur de ce qui est tourné. Toutefois les acteurs peuvent improviser autour de la scène. Au montage, on sélectionnera le plus intense. Ce seront des instantanés, des micro-fictions dont la juxtaposition formera un tourbillon. Des flashes de vie qui s’entrechoquent et résonnent. Éclaboussent et salissent. Le film fera 88 minutes, génériques compris.

Le cinéma doit se transformer en boite de nuit. La boite de nuit est une zone de liberté, un lieu obscur ou l’humanité se révèle dans son pire comme dans son meilleur. C’est un négatif cathartique qui permet de renaître au jour. On traversera ce lieu comme dans un voyage entre paradis et enfer, en référence à Bosch ou Dante, autant qu’à Saint Dustan, pape et martyre.

Extrait du scénario :

APPARTEMENT JESSI - SALLE DE BAINS. INT. NUIT.

CARTON : Jessi 5x3 23h01

Jessi pisse dans sa salle de bains à damiers blancs et noirs. Elle est avec ANDERSON (45), petit être rondouillard et roublard. Il parle avec un accent brésilien très marqué, tout en se servant complaisamment dans l’assiette de cocaïne qu’il a ramenée avec lui. Tout le début de la scène est vu dans un miroir rétro à trois pans mobiles qui se situe au-dessus du lavabo.

ANDERSON
Ce type fête son anniversaire, et donc on est invité.

Enfin surtout toi.

Donc on fait acte de présence, la bise, les photos, tu lui

laisses te mettre la main sur la cuisse et on prend 10K.

C’est honnête, non? Moi ça me va.

JESSI
Mais je vais connaitre personne...

ANDERSON
Mais personne ne connaitra personne! Ce type a pas d’ami... Y se les paye ses amis. C’est pas ce que tu m’a demandé, mais ça paye toujours les factures. Et puis il faut que tu te montres...

Jessi s’essuie la chatte et tire la chasse. Anderson la regarde faire en orientant un des miroirs devant lui.

ANDERSON
T’as grossi un peu, non? Je te fais une petite ligne encore?